Pour tous les résidents de L'Île-des-Soeurs

Historique

L’APRIDS a été incorporée le 6 novembre 1987 sous le nom de l’Association des propriétaires de L’Ile-des-Sœurs (APIDS). Comme son nom l’indique, elle avait alors comme vocation de représenter uniquement les intérêts des résidents-propriétaires de l’île. Désireuse d’accroître son rôle, une assemblée extraordinaire des membres de l’APIDS, tenue le 25 octobre 2004, vota unanimement l’élargissement de l’association pour qu’elle devienne représentative de l’ensemble des résidents de l’île, propriétaires et locataires, et défende leurs intérêts (à l'exclusion des questions spécifiques aux relations locateurs-locataires). Elle reçut son nom actuel d’Association des propriétaires et résidants de L’Île-des-Sœurs (APRIDS) le 22 novembre 2004. En date effective du 1er janvier 2015, l'APRIDS fusionne avec le Comité pour le développement durable de L’Ile-des-Sœurs (CDDIDS) en prenant l'engagement de conserver les fonds de la campagne "Adoptez un arbre" exclusivement aux fins de la préservation du parc de la Fontaine contre toute éventuelle tentative d'agrandissement de la deuxième école primaire vers le parc.

Dossiers importants traités

Depuis sa création, l’APRIDS a été présente dans tous les dossiers majeurs de l’île afin de protéger les intérêts de ses résidents : entrées et sorties de l’île, estacade, rues privées, constructions inadéquates, budget de la ville et taxes municipales, école primaire, pont Champlain, pour n’en mentionner que quelques-uns.

Anciens présidents

  • Nov. 1987 Fondateurs : Yvon Grant, André Poupard, Glenn Sylvain
  • 1988 – 1989 Jean-Jacques Rainville
  • 1989 – 1993 Doris LeDuc-Isabelle
  • 1993 – 1994 Marie Montpetit
  • 1994 – 1997 Robert Isabelle
  • 1997 – 2000 Jacques F. Paquet
  • 2000 – 2001 Stéphane Cléroux
  • 2001 – 2002 Jacques F. Paquet
  • 2002 – 2003 Alain Bossé
  • 2003 – 2006 Jacques F. Paquet
  • 2006 – 2009 Juliette Barcelo 
  • 2009 – 2012 Pierre-G. Jobin
  • 2012 - 2013 Charles-Pierre Munn & Daniela Villatora
    2013 - 2015 Daniela Villatora
  • 2015 - 2017 Mario Langlois
  • 2017 -          Philippe Tremblay

Membres honoraires

  • Doris LeDuc-Isabelle
  • Robert Isabelle
  • Juliette Barcelo

Notes historiques sur L’Île-des-Sœurs

(Source : Lacoursière, Jacques, L’Île-des-Sœurs : d’hier à aujourd’hui ; Éditions de l’Homme 2005)

Connue, pendant des siècles, sous l’appellation d’« île Saint-Paul » en souvenir du fondateur de Montréal, Paul de Chomedey, sieur de Maisonneuve. (p.16)

L'île fut exploitée comme terre agricole jusqu'au milieu des années 1960. Elle n'était d'ailleurs accessible qu'avec un service de barque. Ce service assura la traversée entre l'île et la terre ferme de Verdun jusqu'à l'ouverture du pont Champlain en 1962.

Aujourd'hui, L’Île-des-Sœurs est devenue un secteur résidentiel recherché. Avec son cadre urbain de grande qualité, dans un environnement unique, elle est située à quelques minutes du centre-ville de Montréal.

1706 - 1956

Ferme et lieu de repos, qui devient en 1769 propriété entière des religieuses de la Congrégation Notre-Dame, fondée par Marguerite Bourgeoys.

1860

Ouverture du pont Victoria. Sa construction influence l’écoulement des eaux et des glaces. À plusieurs reprises les inondations printanières se révéleront dévastatrices pour l’île. (p.84)

1874

Annexion de l’île au Village de Rivière-Saint-Pierre, lequel deviendra deux ans plus tard la Municipalité du Village de Verdun. (p.85 & 86)

La nouvelle municipalité commence alors à trouver le moyen de percevoir des taxes sur l’île même si elle n’offre aucun service aux insulaires. (p.86)

1878 - 1879

Les religieuses font appel aux tribunaux pour justifier leur décision de ne pas payer de taxes et finissent par avoir gain de cause. (p.86 & 87)

1899

Séparation de Verdun. À la demande des religieuses, après avoir exposé que « depuis son établissement, [Verdun] néglige absolument l’île, ne lui donnant rien, ne faisant rien pour cette île, […] ne s’occupant, de fait, de cette île que pour la taxer, en tirer un revenu […] », le gouvernement de la province de Québec adopte une mesure faisant de l’île une unité administrative indépendante de Verdun. À l’avenir, l’île sera régie par le Conseil de comté, une situation qui prévaudra jusqu’à la vente de l’île en 1956. (p.90 & 91)

1954

Début de la construction de la voie maritime du Saint-Laurent. (p.109)

Jean Drapeau devient maire de Montréal. (p.114)

1956

Vente de l’île à Quebec Home & Mortgage Corp. (QHMC) dont le président est Judah Leib Gewurz, père de Samuel Gewurz, pour la somme de 1,3 millions de dollars. Les projets de développement de l’île prévoyaient déjà la construction de « 400 maisons appartements logeant 11 000 personnes et 3 500 maisons familiales abritant 19 000 personnes, soit une population totale d’environ 30 000 âmes ». (p.113 & 116)

Annexion à Verdun à la demande des nouveaux propriétaires et malgré l’objection de la ville de Montréal qui elle aussi désire annexer l’île. (p.114 & 115)

Début de la construction du pont Champlain. (p.115)

1958

Un amendement est apporté à la charte de la ville de Verdun qui vient imputer aux seuls résidants de l’île le fardeau des taxes pour « les améliorations locales et les travaux capitaux requis pour les services publics nécessaires de l’île ». (p.122)

1962

Le pont Champlain est ouvert à la circulation le 29 juin. (p.127)

1963

Dépôt d’un plan de développement de l’île qui prévoit la construction de « 7 770 unités de logement pouvant accueillir 31 139 personnes ». (p.129)

1965

Quebec Home & Mortgage Corp. signe une entente avec Structures Métropolitaines du Canada Ltée dont le siège social se trouve à Chicago et consent un bail emphytéotique de 99 ans pour le développement de l’île. (p.131 & 132)

« Le projet prévoit 15 000 logements qui seront construits au cours d’une période de 15 ans. […] Le projet prévoit aussi la construction d’immeubles à bureaux, d’hôtels, de bâtiments commerciaux et institutionnels, de même que d’écoles primaires et secondaires ». (p.133 & 134) […] « pour une population de 45 000 habitants ». (p.243)

1966

Structures Métropolitaines fait appel à des spécialistes de grande renommée. Elle retient les services de l’architecte Mies van Der Rohe, considéré comme « l’un des pionniers qui, avec Le Corbusier et Frank Lloyd Wright, ont redéfini l’architecture à l’ère de la technologie ». (p.136)

1967

Inauguration de l’autoroute Bonaventure le 21 avril

Ouverture d’Expo 67 le 28 avril

Moment attendu depuis 10 ans : Le 14 août, levée de la première pelletée de terre inaugurant la construction de ce que l’on appelle « la Cité de rêve ». (p.139)

1968

Début de l’usage courant des toponymes « Île-des-Sœurs » et « Nuns’ Island ». (p.145)

Le premier centre commercial situé près du centre communautaire de la rue Elgar ouvre ses portes. (p.147)

1969

Une école préfabriquée permet d’accueillir les enfants francophones et anglophones, au nombre de 20 environ, de la première à la troisième année. (p.149)

1976

Montréal accueille les Jeux olympiques d’été.

1977

Ouverture du centre commercial « Le Village » le 13 avril. (p.157)

Construction de la première tour en copropriété, « Pyramide 77 ». (p.162)

1978

Nouvelle entente entre Quebec Home & Mortgage Corp., maintenant appelée Investissements Île-des-Sœurs, et Structures Métropolitaines : les terrains vacants, qui représentent les deux tiers de l’île, ne feront plus partie du bail emphytéotique et pourront être vendus. (p.163)

1979

Création de l’Association des résidants de l’Île-des-Sœurs (ARIS).

1981

La population totale de l’île est de 5 800 âmes. On est loin des 45 000 habitants prévus quelques décennies auparavant. (p.170)

L’école primaire, installée dans un bâtiment temporaire depuis 1969, n’offre des cours que pour les quatre premières années et compte 154 enfants. (p.170)

1982

La Corporation Proment (Samuel Gewurz), affiliée aux Investissements Île-des-Sœurs, lance le projet des Verrières-sur-le-Fleuve. (p.172)

1983

La construction d’une école primaire conjointe, catholique et protestante, reçoit l’accord du ministère de l’Éducation du Québec. Verdun offre un terrain gratuitement « en échange de l’utilisation gratuite des facilités de l’école pour une période de 20 ans » et verse la somme de 100 000$ « pour couvrir la construction d’un gymnase de dimensions plus importantes que ceux généralement joints aux écoles primaires ». (p.171)

L’ARIS, présidée par Bill Mandel et représentant l’île au conseil de ville de Verdun, menace de recourir aux tribunaux pour protéger le boisé face à un projet de construction résidentielle (p.173) et approche l’administration Drapeau-Lamarre pour l’annexion de l’île à Montréal. « Nous avons trois griefs importants contre Verdun : permettre la construction dans le boisé de l’île, une mauvaise planification urbaine et nous faire payer 35% des taxes, alors que nous ne sommes que 10% de la population et que nous avons peu de services récréatifs. […] Nous avons perdu confiance en Verdun pour gouverner l’Île-des-Sœurs de façon responsable ».

L’ARIS demande la tenue d’audiences publiques sur le projet de construction de plus de 2 000 logements sur le terrain de golf à l’entrée de l’île. (p.182)

1985-1986

Le conseil municipal de Verdun adopte un projet d’aménagement légèrement modifié autorisant la construction domiciliaire sur le terrain de golf. (p.189)

L’ARIS décide de recourir aux tribunaux dans l’espoir d’obtenir une injonction. La bataille est perdue. (p.190 & 191) 

1987

Inauguration de la nouvelle école primaire le 22 octobre. 325 élèves la fréquentent. (p.178)

Création de l’Association des propriétaires de L’Île-des-Sœurs (APIDS).

1988

Le projet de construction d’un pont reliant l’île à la terre ferme est relancé et encore une fois reporté… aux calendes grecques. (p.202 & 203)

1989

Adoption du premier plan d’urbanisme. (p.195)

Première élection où les résidents de l’île doivent pourvoir à deux sièges au conseil municipal. Les deux candidats opposés à l’équipe du maire l’emportent : Arthur Benarroch et Marvin Reisler. (p.197)

La Banque du Canada fait construire son nouveau siège social sur l’île. (p.205)

1990

Aménagement des parcs Lacoursière, de la Métairie et Place de la Fontaine. (p.197)

Inauguration d’un centre communautaire Elgar rénové et agrandi « suite à (sa) condamnation par la CSST en 1988 ». (p.200)

1991

Le ministère des Affaires municipales donne son accord pour la vente de la forêt à la ville de Verdun. Une entente intervient avec Investissements Île des Sœurs pour un échange de terrains qui permet de sauver environ 23 des 35 hectares de la forêt. (p.217 & 228)

1992

Agrandissement de l’école primaire qui permettra d’augmenter de 250 le nombre d’élèves. (p.220)

Construction du centre commercial « Le Campanile ». (p.220)

1997

Le ministère de l’Éducation reporte d’une année le projet de construction d’une école secondaire à cohabitation privée-publique. (p.223)

À la faveur d’un vaste mouvement de fusion de villes et de municipalités, l’APIDS prône à nouveau l’indépendance de l’île. « Non seulement l’île paie des taxes excessives, mais les revenus qu’elle procure à Verdun dépassent de beaucoup ce qu’elle lui coûte. […] on constate que l’île constitue 20% de la population de Verdun, qu’elle paye 46% des taxes foncières […]. » (p.225)

Création de la Coalition des résidents pour l’autonomie (CORA) de l’Île-des-Sœurs. (p.226)

Élection de deux conseillers « indépendantistes » au conseil municipal de Verdun: Catherine Chauvin et Robert Isabelle. (p.226)

1998

Création du Regroupement des insulaires contre la séparation (RICS). (p.227) 

Création du Comité pour la protection du patrimoine naturel de l’île des Sœurs.

2000

Deuxième plan d’urbanisme de la ville de Verdun avec une population cible de 18 000 habitants (à l’exclusion de la pointe nord).

2001

Nina Gould, présidente du Comité de protection du patrimoine naturel de l’Île-des-Sœurs, annonce qu’elle a pu recueillir 3,6 millions de dollars, soit 3,1 millions provenant de Nina et Lyon Gould et 500,000 dollars provenant d’une levée de fonds, qui permettront d’acheter et de préserver près de deux hectares additionnels du boisé. (p.234 & autre).

2002

Structures Métropolitaines vend à Boardwalk Equities de Calgary l’ensemble de ses propriétés de l’Île-des-Sœurs pour 180,2 millions de dollars. La vente touche 3 100 logements. (p.234)

Création de la nouvelle ville de Montréal. La ville de Verdun devient l’arrondissement Verdun.

2003

La CORA présente un mémoire à la Commission parlementaire sur le projet de loi qui porte sur les fusions et défusions. Le mémoire demande tout simplement « la scission de l’arrondissement de Verdun ». (p.235)

L’APIDS appuie la création d’un arrondissement distinct pour l’île. (p.235)

Malgré le dépôt d’une pétition de 2 516 noms, la demande n’est pas accueillie.

2005

Mise à jour du plan d’urbanisme et hausse de la population ultime à 24 000 habitants.

Élections municipales où l’équipe du maire remporte tous les sièges de l’arrondissement de Verdun.

2007

Annonce de la construction du siège social de Bell Canada sur la pointe nord et de la venue de 3 000 employés à l’automne 2008 et de 1 500 autres en 2009.

2009

Élections municipales. Encore une fois, il n’y a pas d’opposition à la mairie de l’arrondissement de Verdun.

2011

Avec la signature au registre de 747 opposants, Verdun subit un important revers dans son projet d’implantation d’une nouvelle école primaire dans le parc de la Fontaine.

Ouverture de la maison intergénérationnelle La Station, anciennement la station-service Esso conçue par Mies van der Rohe.

2012

À la demande du maire de l'arrondissement de Verdun, l'Assemblée nationale adopte un amendement à la Charte de la Ville de Montréal, qui permet de soustraire les projets d'établissements publics d'enseignement à l'approbation référendaire. Malgré le rejet des résidents, Verdun annonce qu’il relance le projet de construction d’une école primaire dans le parc de la Fontaine.

2013

Élections municipales. La mairie de l’arrondissement de Verdun fait place à du sang neuf.


6